Archive for mai 2006|Monthly archive page

Parfaite… ou presque.

          Aujourd’hui pour moi fut une journée parfaite!

      Voilà. Lever: 9h30, après avoir fait quelques rêves bien bizarres, inspirés du film écouté hier avant de me coucher: American Psycho! Ça fait des beaux rêves avec ça!

10h00: Gym avec mon frêre… On se défonce les jambes et les épaules. Évidemment, comme souvent, je suis tombé en amour avec un joli décolleté rose! À couper le souffle.

12h30: Une heure de travail dehors au soleil à organiser une partie de soccer sur le dîner des jeunes de secondaires 1 et 2. Quel plaisir de voir ces futurs athlètes jouer le ballon rond.

14h00: Dîner santé.

14h30: Une heure de tennis avec mon partenaire, à taper à fond sur la balle, se faisant griller par le soleil.

16h00: Une sloche super froide pour se rassasier du tennis. Hummm.

 17h30: Souper santé, poisson à la carte

 18h30: Une heure et demie de cours de Jiu-Jitsu brésilien, ça n’a pas été facile ce soir, probablement que je me réveillerrai demain avec des ecchymoses sur les cuisses et les abdos meurtris. Ouch!

 20h30: Une heure et demie de boxe et de poids et haltères pour un client courageux de m’avoir comme entraîneur. Ce n’est pas toujours à moi de suer.

 23h00: Et pour terminer, une petite visite chez ma mère, qui vient tout juste d’emménager dans son nouveau chez-soi. Il fallait son garçon pour "plugger" l’ordi et la télé.

             Mais, en fin de compte, c’est une journée presque parfaite. La perfection serait atteinte s’il y avait une des ces "goddess" de l’amour en petite tenue sexy qui m’attend patiemment et exhalant une fragrance exquise dans mon lit. Mais ça, c’est seulement dans ma tête… ou dans les films, ce qui revient à dire la même chose!

           Bonne nuit. Zzzz….
 

 

Sur les mêmes accords.

          Quoi de plus merveilleux et magique que de passer un weekend entouré de gens qui me sont chers. J’en suis déjà nostalgique. Merci à vous d’être là, merci à vous d’exister. Sans vous, je ne suis personne. Je suis ce que je suis grâce à vos yeux. J’existe parce que vous me voyez. J’existe parce que vous existez. Sans vous, je ne suis que poussière.

           Ensemble, sur les mêmes accords, partageons la vie. Partageons l’amour, l’amitié, la joie. Merci d’être là.
 

Festivité entre potes!

          Départ hâtif vers un weekend de rêves… Entre potes, loin de la ville, proche de l’eau et la nature… L’ambiance festive se fait sentir… Bon weekend!

Créer.

             Je suis un être de création. Sans cet esprit de création, ma vie n’est rien. Je dois créer à tout prix, sinon, la mort se chargera de moi.

Enfant ou démon…

          Y’a des situations et des occasions où je ne sais foutrement pas comment agir (ou réagir). Et aussi surtout, y’a des situations où je ne sais foutrement pas si je veux me mettre les pieds dedans. Peut-être ai-je peur de me rendre compte de certaines choses, ou peur de connaître de nouvelles choses, peur de faire ressortir de vieilles choses. Tout au fond, c’est de la peur, c’est sûr. Peur de me confronter à mes démons. Peur de perdre le contrôle sur ces mêmes démons.

        Mais tout au fond, pas loin de là, y’a toujours cette petite curiosité, cet enfant naïf qui tire ma manche et m’indique d’avancer et de me lancer dans la foule et l’action…

           Va savoir qui mènera le bal entre la peur et l’enfant…
 

Tic Tac Tic Tac

          Trop fucking incroyable comment le temps peut passer vite! C’est tout.

Le commencement.

            C’est le début, mardi 23 mai. Officiellement, je me transformerai en brute. Le Jiu-Jitsu Brésilien sera mon nouveau dada, ma nouvelle conquête sur moi-même pour les prochains mois. Ce qui sera probablement plus facile à dire qu’à faire et vivre. L’entraînement sera laborieux et difficile, mais d’autant plus gratifiant, et excitant.  Je suis tellement curieux de voir l’effet que cela aura sur mon corps et mon esprit. Ma passion pour le corps et l’esprit humain se manifeste…

Réflexion…

          L’espoir, la foi, le bonheur, que de mots pour essayer de mettre le doigt sur des sentiments. Identifier, mesurer, peser, calibrer, tant d’actions qui mènent nulle part… Simplement respirer et laisser place à son propre intérieur, qui tarde tant à jaillir.

Réflexion…

             La musique des années 80, c’est excellent, mais seulement dans le char ou dans la maison, pas sur une piste de danse. Sinon, je fais le cave, pis je pogne le cul des filles… selon une folle malencontreusement rencontrée à la mauvaise place, mauvais moment. Mais y’en a un ptit vite qui à réussi à faire passer ça sur mon dos, le criss.

Bonne fête des Mamans!

          À toutes les mères, mais surtout la mienne, la meilleure, bonne fête!

          Merci d’être là.

          Je t’aime fort.