Archive for mai 2007|Monthly archive page

Une Princesse qui entra dans ma vie.

    Il y a eu quelques potinages sur la blogosphère la semaine passée. Certains n’ont pas eu tort…

    Mais est-ce "safe" et sain de "dater" une blogueuse? En tout cas, ça simplifie les choses lors des premières rencontres, chacun de leur côté dévoile leurs sentiments réciproques, ou pas. Ça donne tout de suite le ton. Facile, plus besoin de se demander ce que l’autre pense, on a qu’à cliquer et on a la réponse. Je crois que ça n’aura jamais été aussi rapide et facile. C’est comme si on se connaissait déjà un peu.

    Ce que certains ne savent pas, c’est que l’histoire a commencé sur le blogue de Beach Boy. Il pourra s’en vanter qu’un blogue peut servir à matcher les gens. Elle a vu mes commentaires, cliqué et tombé sur mon blogue. Elle a vu que j’avais FaceBook et c’est à ce moment que nos discussions privées ont débutées….

    Trop de coïncidences, tôt ou tard, le ciel nous mettra sur la route de l’un et de l’autre. Facile. Et c’est qui arriva. Ma version ici, et sa version . On se connaissait, mais pas en même temps, drôle de feeling. Vraiment. Mais amusant. Plutôt excitant aussi.

    Une chimie s’installera rapidement, mais j’en étais déjà confiant là-dessus. Une fille drôle, charmante, jolie et bien attriquée, son style quoi, totalement lunatique et désinvolte, désorganisée et spontanée. Il n’en fallait pas plus pour me charmer. Je ne mentionne pas son hyper-timidité, c’est ce que j’ai remarqué en premier bien sûr. Mais elle est si simple en même temps. Oui, j’ai bien dit simple (jusqu’à maintenant), je ne croyais jamais dire ça d’une fille dans ma vie. Mais je m’avance sur ce point. Sa timidité en même temps ressort de cela tout son charme… Évidemment ça s’imbrique avec qui je suis, du genre à prendre les commandes assez facilement. Ça m’a stressé un peu au début, mais je me suis tout de suite aperçu qu’elle appréciait ce que je lui proposait, alors c’était bien simple ainsi.

    Le reste s’en suit facilement, avec respect et aisance, dans être soi-même tout de suite. Anyway, ça ne peut être autrement avec moi, je ne suis que moi, voilà. Quelques moments de plaisir ont déjà passés  trop vite…

    Dommage, elle est déjà partie. Mais pour deux semaines. Mais c’est parfait ainsi, juste assez pour ne pas s’énerver, ou s’écoeurer. Prendre le temps qu’il faut. Je suis du genre passionné, mais indépendant, je dévore, mais j’ai besoin de mon territoire. Alors se voir aux deux semaines, moi ça fait mon bonheur.

   Elle est elle même, vit dans le moment présent, ne pense pas à demain, et ça, c’est mon leitmotiv, ma raison de vivre. Donc, ça tombe bien. Une princesse est entrée dans ma vie. Et le prince en moi en est bien heureux. (J’ai toujours rêvé être un prince…)

  
 

Soirée entre gars.

    Bière et hockey ce soir entre gars.

    Un de deux chums me  dit:" Dean, ta toune que t’a mise sur ton blogue (Hey There Delilah), le gars qui a écrit ça, un jour il va se réveiller et se rendre compte que c’est un osti de calisse de gros naïf de crisse (désolé pour les sacres les enfants). Un jour, y va voir qu’il a tout mis son énergie dans l’amour pour rien." Ouin, une petite crotte sur le coeur mon homme?

    Et l’autre:" On est vraiment beaux, deux qui regardent le hockey, évachés, qui attendent que l’autre (moi) finisse sa bière (je ne bois vraiment pas vite), et qui lis le Elle Québec à ma blonde les jambes croisées en fif (je ne fais jamais ça en public, mais je suis full confo de même des fois!) sur mon divan en cuir. Ben cute mon homme, ben cute." Des chose qui arrivent…

    Ça s’est fini au même bar où j’ai croisé Miss Princesse la semaine passée…

    Et je me suis encore fais niaiser parce que j’ai pris qu’un seul drink (Bloody Cesar, extra tabasco) et que j’ai bu de l’eau ensuite. Même la serveuse se marrait de moi. Ben quoi, j’ai pas le goût de l’alcool ces temps-ci, j’ai le droit.  

Bizarre.

    Ma coloc a fait de la bouffe, c’est sûr. Sauf que ça sent plus dans ma chambre que partout dans l’appart. Weird.

    Elle et son fils ont-ils mangés dans ma chambre? 

Le blogueur-vidangeur.

    On se souvient ici de ma journée de jeudi passé. Ma journée en tant que vidangeur, ou éboueur. Plutôt fashion de mon côté. Le linge le plus srap que j’avais, des souliers Oakley, une casquette Oakley, des jeans proche de la fin de leur vie et une camisole avec un signe chinois dessus. Plutôt tendance comme vidangeur.

    Je leur lève tellement mon chapeau à ces machines humaines! Mon surnom a déjà été "dean the machine", mais là j’ai royalement perdu mon titre. Ces gars sont des malades! Ils courent toute la journée. Ils lancent les vidanges avec une efficacité incroyable, des fous, ils garrochent tout par-dessus en spinnant, quasiment comme une danse. Mais ce n’est pas juste de ti-sacs que l’on laisse sur le bord, comme je fais un sac par semaine, même pas.  

    Non, putain, c’est des ostis de gros sacs, plein de gazon mouillé, des meubles, des tv, des poubelles pleines à rabord!! Et en plus, j’ai pogner la pire journée de l’été, celle qui a fait 32 degrés. Fuck!

    Alors, dans ma journée, j’ai reçu du jus de vidange dans la face!! Même sur la lèvre…. yeueueu! Mais fuck off, tu continues pareil, pas le temps d’arrêter et de se laver. De la poussière dans les yeux tout le temps. Je me suis "slicer" l’avant-bras, une coupure légère, longue de 2 pouces, mais assez pour mettre un gaze dessus et un bandage pour la journée. Mon cours de premiers soins m’a servi, enfin! J’ai soulevé des tonnes de vidanges, me suis penché des milliers de fois, de 7h à 15h, sans arrêt, sauf un petit 15 minutes par-ci par-là, juste pour dire.

    Pour bien passer ma journée, je me suis fait un des ces lunchs, comme mon frère expérimenté me l’a conseillé. Trois sandwichs, deux cannes de jus de légumes, deux pommes, un shake, 4 litres d’eau. Mais tout ce que j’ai mangé était ce qu’il avait de liquide. Putain que j’avais pas faim. Ouach, toute cette odeur de vidanges, pas écoeurant pour me donner l’appétit.

    Selon les dires de mon frère, on s’habitue, mais ça prend un peu de temps. C’est comme l’entraînement. Et ensuite ça m’a fait réaliser comment j’aime mon vrai environnement de travail… Mais mon horaire ne me permet pas de travailler cette semaine, mais je vais sûrement être d’aide pendant la semaine de déménagement, ils vont avoir besoin de bras d’extras. Ce ne sera pas de trop, étant donné que je connais la game maintenant.

    Et en arrrivant à la maison, je me suis tellement lavé. Deux fois plutôt qu’une. Et je me suis péter un Mont-Blanc à la crèmerie sur Mt-Royal, comme un légume sur mon banc, à ne tourner que me tête pour regarder les filles passées… Mais je sentais toujours les vidanges dans mon nez, je crois que c’était rester pogné dans mes narines. Jusqu’au moment où ma coloc m’a vu sur mon banc et est venue me rejoindre… Elle sentait tellement bonne! Je crois n’avoir jamais senti quelqu’une d’aussi bonne… À part celle de ce weekend. (J’en parlerai demain dans mon prochain post. Patience…)

    Voilà pour mon expérience de vidangeur… Toute une en tout cas. Mais ça me connait, j’aime les défis et essayer de nouvelle chose, seulement pour voir de quoi je suis capable. 

 

Notre première soirée.

    Ai-je mentionné que mon client de ce soir, celui qui me permettra de voyager et de l’entraîner, réside à Mtl. pour la semaine dans son condo dans le Vieux-Mtl. Rien de moins, évidemment.

    Son adresse est 1. Juste sur le bord de la Commune, mais plus à l’ouest, passé le Musée de Pointe-à-Callières. Le meilleur, j’ai sa manette de stationnement souterain, pour me garer sans souci, qui active la porte automatique. Je mets ma voiture à sa place, il n’a pas d’auto. Et moi, avec ma petite Mazda, entouré de Mercedes, de BMW et de Porsche.Trop cool.

    Et notre soirée. Un souper léger, genre saumon et légumes, pas si cher que ça finalement, Le Cartet, sur McGill, mais je viens de voir qu’il a un review poche ici. Amusant.

    Et ensuite, une marche dans le Vieux-Mtl., il me raconte comment il aime l’architecture, et aurait fait ce building autrement. Super intéressant.

    Et pour les fans, oui, José Théodore est en ville, je l’ai aperçu laisser son véhicule (camion Land Rover, et il chialait qu’il avait un 2003!) devant un resto dans le Vieux. Bon, voilà le potin de la semaine.

   Nous avons marché ainsi pendant une heure. Des fois, les gens ne veulent pas toujours des entraînements de la mort. Juste bouger est important.

   Pas facile la vie, des fois.
 

Ma dreamjob, la suite.

    C’est comme dans mes rêves…

    Je suis le candidat élu finalement, yahou!! Mais ce n’est pas final à 100%, il me reste à charmer un peu encore cette semaine…

    La job? On sait ce que je fais, kinésiologue, entraîneur privé, je botte le cul du monde pour qu’il se mette en forme. Et mange bien aussi.

    Alors, l’histoire, un homme d’affaire anglo-canadien recherche un accompagnateur dans ses périples pour le motiver à bouger et manger mieux. Il fait ça depuis longtemps, être accompagné ainsi. Et il se cherche un nouveau poulin. Et me voilà.

    Il est à Mtl. pour la semaine, alors je le vois toute la semaine pour apprendre à se connaître et s’entraîner ensemble. La vraie job commencera à la mi-juillet environ.

    Logé, nourri, payé, je voyage partout avec lui et je lui botte le derrière pour qu’il bouge. La job de rêve, je l’avais dit!!

    Juste dans le prochain mois, je ne le vois pas, mais il ira à Vancouver, Paris, Florence, les Îles Maltes, et j’en oubli. Il a des maisons à Los Angeles, Vancouver, Whistler, Mexique, Barbades, Mtl, et là aussi ma mémoire fait défaut.

    Comme toujours, tous mes clients d’affaires que j’ai eu, je ne comprends jamais rien à ce qu’ils font. Sérieux.

    Je capote! Je soupe ce soir avec lui et l’on s’entraîne ensuite. C’est-tu pas cool ça?

    Alors, voilà, c’est dit, et c’est bientôt mi-juillet, et ça se pourrait que je parte quelques mois… Je suis prêt à ça. C’est ce que j’aime faire et c’est ce pour quoi je vis.

    Ça comble toutes mes passions, les voyages et l’activité physique. Quoi de mieux?

    Et vous, vous vivez vos passions? Sinon, commencez dès maintenant. Sinon, c’est moi qui va vous botter le derrière! 

 

Une étude concernant les blogueurs.

    Je me pose depuis longtemps une question. Qui sont les blogueurs?

    Pris ici, mais l’article original est .

    Vraiment cool.

    Je me situe entre le caustique, mais plutôt une version miroir de celui-ci, j’aime me faire aimer. Donc, je me moque de la vie, mais ça met (enfin j’espère) un sourire en coin.

    Et je balance aussi entre le poseur, je suis beau et intelligent, je m’assume et je le montre.

    Et vous? 

Mon desktop.

    Une mode qui a passé il y a deux semaines chez les bloggeurs, une photo de son desktop.

    Voilà le mien.

410543-843411-thumbnail.jpg

Mais ça, c’est avant que la change aujourd’hui. Pus capable. 

Mes 2-3 petits secrets.

    J’ai 2-3 petits secrets que je veux décrire d’ici peu c’est sûr. Y’a trop de choses qui s’est passées.

    En ordre chronologique, ma journée de jeudi, une fille et ma dreamjob. Voilà.

    Bientôt.  

L'oreiller.

    Mon deuxième oreiller dégage exactement la même odeur que mon kangourou rouge, mais en plus prononcé… Ça s’endort bien avec cette odeur de déesse…