Archive for février 2008|Monthly archive page

Rollaname.com

Je me dois de parler de ce site, que j’ai découvert il y a quelques semaines, et que j’aime bien.

rollaname.png

Deux russes débarqués à Montréal ont construit ce site, dont le but est d’offir au membre une visibilité et de se faire connaître. C’est un autre site de réseautage.

Il ne doit pas aller rond rond avec leur traffic, alors j’en passe le mot ici. Nous sommes 211 membres au Canada, et 142 à Montréal. Il faut qu’il y en aille plus, et là, ça va décoller.

Décoller pour quoi? Je ne le sais pas, mais je veux voir ça. Et pour une raison que j’ignore, je l’aime ce site. Il va bien, il est beau, simple et efficace.

C’est un autre genre de LinkedIn, mais un peu plus simple.

Voilà, il faut qu’il y aille plus de monde.

Borderline.

Intense, troublant et magnifique. Borderline.
borderline1.jpg

Définiton de « borderline »: Le trouble de la personnalité borderline (ou trouble de la personnalité limite) est un trouble de la personnalité qui s’exprime par des humeurs changeantes, par des relations humaines délicates, par un manque de confiance en soi-même et aussi par des comportements auto-agressifs. (wikipédia)

J’ai vraiment beaucoup aimé ce film. C’est clair je crois.

Tiré des romans Borderline et Sissi, de Marie-Sissi Labrèche, qui raconte son enfance nébuleuse, son adolescence tourmentée et sa trentaine plus douce. Un peu plus douce.

Isabelle Blais est incontestablement ma meilleure actrice et comédienne québécoise. Elle torche toutes les autres. Dehors Croze, dehors Bussières. Elle passe vraiment par toutes les gammes d’émotions, et toutes à la perfection. Et elle est d’une beauté majestueuse. Et je vais m’arrêter là, sinon.

Et tous les autres acteurs, chapeau. J’ai bien aimé Pierre-Luc Brillant, en un rôle beaucoup doux que ce qu’il nous avait habitué ces dernières années.

Une amie est en train de lire le livre, et je peux comprendre pourquoi. J’ai le goût aussi.

J’ai vu ce film au cinéma Beaubien, et normalement, je vais dans les gros cinémas, alors j’ai cru remarquer une clientèle légèrement différente à cet endroit.

À voir absolument. Le film de l’année 2008. Jusqu’ici.

À l'épicerie.

Depuis l’Europe, je trippe sur le Fanta.

Je viens d’acheter la saveur raisin. Pas bon, je crois que mes dents se dissolvent en ce moment.

À l’épicerie, ce midi, je décide d’acheter le Summum, une revue tout plein de bons articles intéressants.

Mais en même temps, fallait acheter des rouleaux de papier de toilette.

J’ai fait exprès de mettre les deux un par-dessus l’autre. Je trouvais ça drôle.

« Ouin, gros party.  »

Ouais.

À l’épicerie.

Depuis l’Europe, je trippe sur le Fanta.

Je viens d’acheter la saveur raisin. Pas bon, je crois que mes dents se dissolvent en ce moment.

À l’épicerie, ce midi, je décide d’acheter le Summum, une revue tout plein de bons articles intéressants.

Mais en même temps, fallait acheter des rouleaux de papier de toilette.

J’ai fait exprès de mettre les deux un par-dessus l’autre. Je trouvais ça drôle.

« Ouin, gros party.  »

Ouais.

L'avenir.

J’ai peur de l’avenir.

Mais pourquoi? Quand je regarde en arrière, ce n’est pas si mal que ça.

Je ne sais pas ce qui va m’arriver, et c’est ça qui m’effraie.

J’ai confiance, toujours, mais quand même, j’ai peur d’affronter. Parce que je sais que je vais affronter toutes plein de choses auxquelles je n’aurai pas été préparées.

J’ai peur de l’avenir, parce que je ne sais pas ce qui va m’arriver, alors aussi bien savoir ce que je veux. Y’a au moins ça. Avancer, sans savoir où aller?

Je ne sais pas ce qui va m’arriver en chemin, mais je sais où je m’en vais. Peut-être ma route va dévier, mais au moins je serai en chemin. Sur le chemin. Sur mon chemin.

L’avenir.

J’ai peur de l’avenir.

Mais pourquoi? Quand je regarde en arrière, ce n’est pas si mal que ça.

Je ne sais pas ce qui va m’arriver, et c’est ça qui m’effraie.

J’ai confiance, toujours, mais quand même, j’ai peur d’affronter. Parce que je sais que je vais affronter toutes plein de choses auxquelles je n’aurai pas été préparées.

J’ai peur de l’avenir, parce que je ne sais pas ce qui va m’arriver, alors aussi bien savoir ce que je veux. Y’a au moins ça. Avancer, sans savoir où aller?

Je ne sais pas ce qui va m’arriver en chemin, mais je sais où je m’en vais. Peut-être ma route va dévier, mais au moins je serai en chemin. Sur le chemin. Sur mon chemin.

La ligne brisée.

J’ai vraiment hâte de voir ce film, La ligne brisée.
ligne_brisee.jpg

Un prochain Rocky québécois? Il parait que non, mais plus près de Million Dollar Baby (que je n’ai jamais vu).

Un budget de 4,8M$, Yvon Michel fut le principal consultant pour ce film sur la boxe.

Guillaume Lemay-Thivierge, le Tom Cruise du Québec?

Sorti le 7 mars.

Cinéma Beaubien, une nouvelle beauté.

Pour le printemps 2008, le Cinéma Beaubien va investir pour 1,8M$ en restorations. Un cadeau pour ses 70 ans.

Du communiqué:

« Pour que les cinéphiles puissent profiter du lustre d’antan dans plus de confort, le Cinéma Beaubien procédera principalement aux travaux suivants :
– installation de nouveaux bancs dans les trois salles,
– ajout de deux salles à l’étage (90 et 50 places),
– perfectionnement de la projection vidéo HD dans toutes les salles,
– rénovation du système de climatisation/chauffage,
– meilleure adaptation de toutes les salles aux personnes ayant des déficiences (auditives, physiques, etc.),
– aménagement des abords du cinéma : supports à vélos, bancs, fleurs et plantes, etc. – amélioration du système d’affichage extérieur.

« Grâce à ces travaux, les cinéphiles pourront voir davantage de bons films dans des conditions encore meilleures », a souligné aujourd’hui Mario Fortin, directeur général et programmateur du cinéma. « On pourra les gâter en leur présentant davantage ce qu’ils aiment : plus de primeurs, plus de cinéma québécois et de cinéma francophone, plus de cinéma de la relève, plus de courts métrages… »

Pour réaliser les travaux projetés, le Cinéma Beaubien pourra compter sur une série de prêts, à divers termes, consentis par les partenaires financiers suivants :
– Centre financier aux entreprises Desjardins de Montréal-centre, garanti par Investissement Québec : 800 000 $,
– Fiducie du Chantier de l’économie sociale : 506 000 $,
– Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) : 250 000 $,
– Fonds local d’investissement / Société locale d’investissement dans le développement de l’emploi (FLI-SOLIDE) : 10 000 $.

Il bénéficiera aussi de subventions totalisant moins de 3% de la valeur du projet, soit :
– Fonds d’investissement en économie sociale (FIES – CDEC Rosemont–La Petite-Patrie) : 50 000 $,
– Nicolas Girard, député de Gouin : 3 000 $.

Le Cinéma attend aussi des réponses à des demandes faites aux partenaires qui avaient soutenu le projet initial en 2001 et qui pourraient porter l’aide gouvernementale à un maximum de 10% du projet, réduisant ainsi la participation par les fonds propres du Cinéma. En accord avec un des principes de fonctionnement des entreprises d’Économie Sociale, le Cinéma Beaubien fonctionne de manière quasi autonome. Le Cinéma Beaubien n’a reçu que 82 000 $ de subventions depuis 2001, soit à peine 1% du revenu des activités d’opération.

Entreprise d’économie sociale, le Cinéma Beaubien est géré par un organisme sans but lucratif. Sa mission est de promouvoir et favoriser le développement culturel, économique et social au cinéma Beaubien en offrant une programmation en salle comprenant principalement des films tirés du répertoire d’auteurs et de primeurs, sans exclure le cinéma commercial québécois. »

Voilà.

Magie, la télé.

Depuis tout ce temps, depuis quatre semaines, je croyais ne plus avoir les postes d’Express Vu, étant donné que mon frère avait supposément suspendu le compte.

En vérifiant la facture ce matin, Bell nous chargeait toujours pour les postes. Le compte est toujours actif et bien transmis.

Je n’avais jamais ouvert la télé pour vérifier. Quatre semaines sans télé. Jusqu’à ce matin.

Désintoxiqué je suis, je ne retomberai pas dans la mauvaise habitude. La lecture m’emplit beaucoup plus que la grosse boîte noire. C’est le meilleur moyen pour le mettre le cerveau hors de tension, ce que j’ai bien besoin par contre ces jours-ci.

Bon vendredi.

Trouvé ici. Seulement 24 030 317 hits sur youtube. Ça dit tout.

Ce clip me donne des frissons. Touchant.

Une belle journée, power yoga ce midi, et planche à neige ce soir. Pas besoin de faire un dessin, ça me rend heureux.