Laisser-aller (part 2).

Dans le dernier texte, il n’y avait que référence sur des actions extérieures, parce que je me suis laissé emporter. Je me suis caché à moi-même le vrai sens de laisser-aller.

Ça se fait là, en dedans. Je ne sais pas où exactement, mais ce n’est pas dans la tête. Ce n’est pas le cerveau qui dit: »Là, tu peux laisser-aller. »

C’est un grosse boule de chaleur, c’est une relaxation complète du corps, c’est un sourire en coin, c’est un respire si facile à prendre.

Ça se fait tout seul, ça vient si aisément, au bon moment.

Mais on dirait que ça prend tous ces tourments pour activer tout cela. Tous ces stress, ces  inquiétudes, ces incertitudes. Mais pourquoi? Si l’on pouvait prendre une grande respiration, et en expirant, tout devient facile, tout se laisse aller. Pourquoi pas?

Au bon moment. Au bon moment. Au bon moment.

Quand c’est le bon moment, on le sait. Mais on ne le sait pas quand il est, ce bon moment. Et souvent, c’est à la seconde près.

Publicités

2 comments so far

  1. Yano on

    « Mais on dirait que ça prend tous ces tourments pour activer tout cela »

    Comme si le bon prenait sa source dans le mal, et vice-versa.

    J’espère presque une 3e partie. Non, pas presque.

  2. themean on

    Yano: Ouin… ça prends ça on dirait. 3ième partie? On verra.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :