Cultus Lake Waterslides – Glissades d'eau Lac Cultus

Ouais, apparemment qu’il y a un été à Vancouver. Pour moi, il n’est pas arrivé encore, je n’ai pas vu de grosse chaleur, mais bon.

À une heure à l’Est de Vancouver, il y a Cultus Lake. Un endroit de camping, et aussi des glissades d’eau.

Cultus Lake Waterslides.

J’y suis allé samedi passé, avec des (nouveaux) copains.

C’est bien, mais rien d’extra. Dans le genre de Piedmont. Pas très hautes, mais juste assez pour en rire un bon coup, surtout quand c’est flou si les filles crient de joie ou pleurent de peur. Bizarre.

Et y’avait ces deux glissades. Les glissades de la mort. À pic, celles qui vont vraiment vite. Je me suis dit que je ne sortirais pas de là sans les avoir faites. Pourquoi pas se mettre au défi un peu?

Nous sommes cinq, alors on se sépare. Moi seul, vers ces glissades de la mort, et les quatres autres pour je ne sais quelle descente en tube.

Je me concentre intensément pour celle qui est vraiment à pic. Celle qui donne l’impression de tomber dans le vide. Je me dit que j’ai déjà fait du bungee, à côté y’a rien là.

Je me suis gourré totalement. J’ai trop réfléchi. À moitié chemin, j’ai fait dans mon froc. La glissade m’a complètement gelé. C’est trop haut et trop à pic. C’est du suicide. Et je ne veux pas cela. Je ne suis pas prêt de mourir, non.

Je suis retourné de bord, penaud. Déçu de moi, l’égo en miette, je suis un nul, un peureux. Mais je me disais que ma vie valait plus que ça, que je ne recherchais plus tant les sensations fortes. J’essayais de me réconforter du mieux que je pouvais. J’ai vraiment juste « choquer ». Comme un champion, un vrai de vrai.

Par-contre, dès que les autres sont revenus, j’ai dû avouer, mais pour une étrange raison, ils m’ont compris. Je le jure, c’est vraiment à pic.

Alors, on a fait celle d’à côté. Moins à pic, avec des bosses, et qui va vraiment vite. Et c’était bien, juste correct, j’aime la vitesse, mais t’as de l’eau dans les yeux, et dans le nez, c’est moins le fun.

Mais trois personnes devant moi, il y avait cette fille, bien la seule qui avait de l’allure de tout le parc (sauf les deux avec nous bien sûr), et j’ai encore de belles images en tête. Tout le long de l’attente, je ne pouvais détourner le regard, et quand elle est partie en glissade, je l’aurais franchement rejoint. Un vrais pervers je suis, je sais.

Et le reste du parc aquatique, que des familles et des gens obèses. J’étais totalement désabusé de la société. Que des gros. Et je n’ai vraiment aucune pitié pour eux. Je les comprends, mais je n’ai pas de pitié. Y’en a juste trop. Presque tous étaient au-dessus de leur poids santé. Les seuls qui étaient dans les barêmes étaient des ados et les enfants. Ça n’avait pas de bon sens. J’en suis marqué à vie.

Publicités

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :