Ce timing, toujours ce foutu timing

Je crois que c’est le truc qui m’enrage le plus dans tout.

Le timing.

Est-ce que ça existe vraiment le « timing »?

Carl Jung nous parlait de synchronicité. Ou les évènements synchronistiques.

« La synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de rapport de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. … Nous nous trouvons face à un « hasard » signifiant et créateur. … Dans la théorie jungienne, l’apparition de synchronicités peut être favorisée par l’intuition et par les rêves. »

Est-ce que c’est tout juste une invention de notre conscient pour mieux comprendre notre inconscient? Question pour seulement se remettre dans un confort connu?

Est-ce qu’il y aurait vraiment une force qui nous mettrait devant nous des évènements qu’ils faudraient absolument vivre pour « passer à une autre étape »?

Se laisser choir aux évènements synchronistiques, ou laisser place au timing alors signifie laisser le reste faire les choses à notre place. Ne pas avoir le contrôle.

Ou perdre le contrôle.

Mais n’est-ce pas cela qui devient intéressant, quand l’on perd ce contrôle?

Mais alors là putain que c’est chiant.

Je ne suis pas en contrôle. Je suis à la merci. Devrais-je être alors plus proactif? Proactif dans mon laisser-aller.

Par exemple, ce soir, je ressens le goût de sortir. Mais est-ce vraiment ce que je devrais faire? Ou simplement me laisser aller au gré de ce que la soirée m’amène? Finalement, elle m’amène rien.

Rien en apparance. Parce qu’en fait, elle se peut qu’elle soit riche en autre chose. Comme en réflexion ici. Un travail sur moi-même. Un moment que je prends pour moi, au lieu d’aller me bourrer des liqueurs du diable dans un bar parce que je sens que je n’en ai pas assez fait de ma journée.

Ou peut-être ce fait-ci m’empêche alors de ne pas m’enfirouapper dans un tourbillon de trucs pas bons pour moi?

Tout cela parce que l’univers, lui, le sait qu’est-ce qu’il est bon pour moi.

« L’intuition nous permettrait de nous diriger vers des évènements chargés de sens. »

« A partir d’une question : il faut alors poser une question, lâcher prise et écouter son intuition. On peut utiliser le principe de synchronicité également pour obtenir un conseil ou une aide éclairante en posant la question claire et honnête avec l’intention de connaître la réponse, en lâchant prise et en s’ouvrant à son environnement : en écoutant son intuition »

Ce cher intuition. Je le teste, je l’amène à ses limites, le plus possible. Je le brasse. Parfois, je le suis, d’autres fois non, seulement pour voir. Juste pour voir.

Mais comment entendre ce cher intuition s’il y a trop de bruit alentour? Ou trop de mouvement au départ? Parce que cet intuition ne parle pas fort. Il n’a pas besoin de le faire. Parce qu’il sait. Et quand tu sais, tu fermes ta gueule.

Et ce timing, c’est dans tout. Tout.

Surtout dans la recherche de l’autre.

« La bonne », tu vas le savoir quand ça va être la bonne. The One. Ok, oui, he-hen. Peut-être.

Mais si y’a trop de bruit alentour, est-ce que je vais le savoir pareil? Est-ce que je vais m’en rendre compte?

Et si même si toutes ces questions en fait ne faisaient pas de sens? Pourquoi alors. Pourquoi alors vouloir comprendre.

C’est la vie qui m’est fait ainsi. Mon « destin ». Le « plus fort que moi » qui me guide.

Je ne pose pas des questions. Je suis les questions.

Parce que sinon, y’a rien d’autres. Sinon, ben c’est juste plate.

Alors, ce timing, est-il là pour de vrai? Ou c’est juste une invention pour se montrer plus petit que ce que l’on est?

Le maître de sa propre destinée. Parce que ça met trop de pression de se croire maître de sa vie.

Peut-être pas maître de tout ce que l’on vit. Mais au moins de ses actions.

Le reste, on a pas le contrôle. On est à la merci.

Par bleu, encore ce timing qui revient.

Publicités

No comments yet

  1. Mademoiselle Bis on

    On choisit pas toujours les cartes qui nous sont données. Mais on a toujours le choix de comment les jouer.

    Je crois que quand on est prêt, vraiment prêt, alors on ouvre les yeux et on voit les opportunités… C’est ce qui rend possible une chose pour laquelle on était pas prêt avant.

    P.S. : tu peux faire des recherches sous « locus of control » si le sujet t’intéresse.

    Mademoiselle Biss last blog post..Durant mon mariage, ma pire faute…

    • Dean on

      Hum.. locus of control. Merci. C’est cool.

      Ouais, j’aime bien l’image aussi de notre jeu de cartes, et de les sortir au moment opportun, et le moment opportun veut dire exactement ce que tu dis, opportunités.

      J’aime bien le mot opportunités, ça demande plus de regarder vers l’avant et d’être proactif que de seulement se dire que l’on « attend » le bon moment.

      :-))


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :