La Distillerie et le contact du regard ("eye contact")

J’en reviens tout juste.

J’étais à La Distillerie ce soir. Celle sur Mt-Royal (l’autre est sur Ontario). La nouvelle, ouverte depuis juillet 2008.

Je me demandais où aller ce soir pour prendre un verre avec ma meilleure amie. Une activité que je chérie beaucoup avec elle.

Normalement, nous allions souvent au Edgar Hypertaverne. Ce soir, je crois que l’on voulait faire différent.

J’ai souvent vu le nom « La Distillerie » par la bouche ou les mots des gens sur FB ou Twitter. Et mon frère m’a conseillé cette place ce soir. C’était le moment fallait croire.

J’ai adoré. Vraiment une place bien.

Par-contre, légère fausse réprésentation, en mentionnant « La Distillerie – Pub, flair et cocktails ».

Pub, oui. Cocktails, en masse, et des bons en plus. Mais flair, où ça? Jamais vu de barman ou barmaid faire du flair moi. Peut-être pas la bonne soirée.

Mais le mojito y est vraiment, mais vraiment excellent.

Leur particularité est de servir le même drink que l’on prendrais d’habitude, mais dans un Pot Masson. Qui dit Pot Masson dit volume. Qui dit volume dit beaucoup d’alcool.

Dans un  verre ordinaire, il y a 2 onces d’alcool. Dans un Pot Masson, 4 onces. C’est le double du prix, on l’aura deviner. Un rabais de 3$ par-contre pour les 5 à 7, bonne idée ça.

Sinon, une panoplie de drinks est diponible, et vraiment de qualité.

L’ambiance y est excellente. Les gens sont entre 20 et 28 ans. Je me sentais bien, à ma place.

La musique est les succès rock alternatif des années fin 90 début 2000. Avec les Pearl Jam, The Killers, et dans le genre.

Une place à retourner certain.

Et je dois bien sûr mentionner qu’une certaine quantité de jolies demoiselles y étaient présentes. Je n’étais pas seulement là pour tenir compagnie à ma cavalière, mais bien aussi pour yeuter les alentours.

Bon, c’est sûr que de sortir en couple quand nous ne sommes pas un couple n’augmente pas vraiment nos chances de rencontres, mais bon, c’est mieux qu’une claque sur la yeule. Pis on ne sait jamais de toute façon. Notre language corporel est bien clair. Si l’autre ne s’en rend pas compte, c’est qu’il (ou elle) est moron (ne).

Mais ce soir, rien. Ou presque. Sauf tout juste avant notre départ.

Après quelques drinks, il fallait bien que je laisse l’alcool se faire absorber par mon corps.

Deux tables plus loin se tenait une jeune dame.

Je l’ai spottée quand elle passait devant moi. Je ne l’ai vue que de dos, mais c’était assez pour m’attirer l’attention.

Il y avait d’autres filles dans la soirée, mais rien comme elle.

Et elle n’avait rien d’extraordinaire. Non. Mais elle avait ce je-ne-sais-quoi. Même de dos.

Quelque chose d’inexplicable. Tout juste.

Elle se tenait en face de moi. À un moment nos regards se sont croisés.

Et quand j’aime un regard, je ne le lâche pas. Je n’irai pas regarder le plancher parce que je flanche. Non.

Je suis resté là, dans ses yeux. Ça m’a paru 10 secondes. Et 10 secondes, c’est long quand on se regarde dans les yeux. Plus rien n’existait alentour.

Je n’ai que vu ses deux yeux bruns pétillants dans les miens. Les sensations montaient en moi. Le coeur commençait à battre plus fort.

Qui allait détourner le regard en premier?

Elle l’a fait. Mais sans gêne.

Et tout le reste du temps, presque 40 fois nos regards se sont croisés.

Dans ma tête, je me suis imaginé 1000 scénarios.

Elle m’approche et me saute dessus. Je passe à côté d’elle et lui sussure un « salut » à l’oreille. Je passe devant elle et elle me laisse ses infos. Je passe devant elle et je lui laisse mes infos. Je passe devant elle, et sans mot, elle me suivra où je l’amènerai.

Et 25 autres différentes options possibles.

Tout ça en l’espace de quelques minutes.

Elle me croisait du regard bien parce qu’elle était en face de moi. C’est l’option probable, je me suis fait croire.

Mais en décollant du pub, je prends bien soin de passer devant elle et de chercher ses yeux.

Tout cela pour me confirmer que non, ce n’était pas seulement parce qu’elle était devant moi.

Ses yeux sont restés dans les miens autant que je l’ai voulu sur mes pas. Un doux moment.

Je ne parle que très rarement aux filles dans les bars. Trop bruyant. Trop cliché. Trop rien à dire. Tout plein de raisons pour ne pas le faire. Pas que la fille ne m’intéresse pas. Le contexte, lui, ne m’intéresse pas.

Alors, tout reste fantasmes, rêves et songes d’une nuit de décembre.

Moi, ça m’a fait du bien d’avoir un regard brillant autre soutenu dans le mien. Et je me dis que c’est de même pour elle.

Dans notre tête, tout le monde y est gagnant. Tout reste beau et parfait.

-Site web de La Distillerie

No comments yet

  1. La bête on

    Nayrus dit que la Distillerie est l’endroit à Montréal où tu peux avoir le meilleur rapport quantité/prix pour l’alcool. J’ai trouvé qu’il y avait cependant beaucoup de glace, mais dans mon cas c’est correct, mon pot Masson m’a duré toute la soirée! (ça ne m’en prend pas beaucoup)

    Pour le contact visuel, j’avoue que c’est toujours agréable ces moments là.🙂

    • Dean on

      Ouais, j’ai vraiment apprécié cette place.

      Rapport quantité/prix..? Oui, j’imagine.. Les drinks sont 7,50$… Je ne sais pas pour les bières..

      Une bonne place certain..!

      Haha, ton pot Masson toute la soirée.. nice. hehe Je te comprends.. Mais je suis moins pire on dirait maintenant.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :