Ces gens que l'on rencontrent

Y’a tant qui me fascine, et ça s’en est une autre chose. Tous ces gens qui passent dans notre vie.

Que ce soit pour un sourire, un regard, un moment bref de conversation, une accolade, un échange de carte d’affaire, un souper, une soirée chaude, un weekend de ski, une semaine dans le sud, un mois au Tibet ou plus de 15 de grandes amitiés, tous ces gens auront un impact sur nous, une influence aussi minime ou évidente qu’elle semblerait l’être.

Je me demande souvent qu’est-ce qui se passe quand je croise quelqu’un des yeux dans la rue. Souvent, y’a un regard vide, comme si la personne ne me regardait pas vraiment. À quelques rares moments, je vois au travers de leur âme. Je les connais. Sans les connaître.

Je me demande si, même pour ce court échange d’un 10ième de seconde, il y a quelque chose qui a été donné. Quand je croise une fille des yeux et que je garde le regard le plus longtemps possible, je me dis qu’elle sera bien contente, parce qu’elle aura su que je l’ai trouvée belle un instant. Même moi, quand je continue sur mon chemin, je souris du coin de la bouche, content de lui avoir passé mon message, content parce que j’imagine aussi qu’elle se disait la même chose.

Mais est-ce qu’il y a quelque chose de plus subtil encore? Que l’on ne pourrait même pas détecter? Un peu comme l’odeur d’un parfum qui nous laisse un souvenir épart, anodin ou fort émotionnellement. Ou même encore plus profond, loin de notre compréhension? Comme si ça se passait seulement au niveau des ondes, comme quand on se parle dans nos cellulaires. Zip, deux regards, et un échange de quelque chose. Je me demande.

Je me demande aussi, pourquoi y’en a qui reste, d’autres qui repartent aussi vite? Et comment ça se fait que l’on ne l’a pas rencontré avant? Si l’on s’entend si bien, pourquoi ça arrive maintenant? Ça n’aurait pas pu arriver il y a 4 ans? Ou 2 ans? Ou la semaine passée? Non, hier, aujourd’hui.

Et pourquoi ces gens peuvent coller pendant des années? Et puis pouf, s’envoler en un coup de vent?

Oui, nos vies deviennent différentes, on s’éloigne, blablabla, la même rengaine plate que l’on se dit. Mais si c’était encore plus profond? Plus spirituel (pour utiliser le terme)? Si c’était vraiment juste à cause de l’échange, ce que l’on se donne, ce que l’on avait de besoin à ce moment.

Pas juste un besoin physique, ou monétaire, ou de sécurité, non, un besoin spirituel, profond, sans compréhension, et que l’on finit par se dire « Ben, c’est comme ça », parce que l’on ne comprend pas. Et puis bah, ça ne servirait à rien de comprendre, parce que ça ne se comprend pas. Point.

A-t-on tant besoin de comprendre? Je me demande aussi.

Y’en a qui dise que ça aide à passer par-dessus les trucs, nos trucs, nos problèmes mettons. Mais si à la fin, on finit par accepter, pourquoi pas accepter tout de suite? Ça revient au même finalement.

Quelque chose me dit qu’il n’y rien d’autre de plus important que toi, moi, pis tous les autres. Les gens. Quelque chose me dit que sans ça, cette bébitte-là, humaine, bizarre, ben y’a rien qui « serait » alors. Juste rien. Peut-être le vent, tout seul, pis l’eau, qui brasse et qui mousse.

C’est étrange ces gens qui entrent dans nos vies. Je les laisse entrer toujours, à bras ouverts. Mais ils sortent s’ils le veulent. Mais je serai toujours là. Parfois c’est moi qui décide, parfois ça se fait tout seul. Parfois, ça colle aussi pour la vie.

Il ne reste que les gens arrivent, partent, reviennent, et repartent encore. Pourquoi? C’est ainsi.

Ça ne sert à rien de se casser le ciboulot. C’est arrivé avant, ça arrive maintenant, et ça va arriver demain.

Tous ces mots pour introduire peut-être une nouvelle personne. Qui sait. Elle est belle, elle a voyagé, elle bouge, elle est émotion, elle a un nom avec 11 consonnes et deux voyelles et ça me fait marrer complètement. Dès que je l’ai vue, dimanche soir, debout, je savais que je lui parlerais. Je ne savais pas comment, mais je sentais. C’est arrivé, comme ça arrive. On ne sait jamais comment. De mots en mots, ça connectait. De mots en mots, les liens se formaient.

C’était une soirée dimanche, une autre demain. On ne sait pas encore quoi, on verra demain. Le moment est au moins réservé, ça on le sait.

Contact business, connection, compagne, amie, blonde, femme, mère, grand-mère, ou marraine ou mentor, y’a personne qui le sait.

Ce que l’on sait, c’est que les histoires s’écrivent d’elles-mêmes au jour le jour.

No comments yet

  1. isaSuperstar on

    Belle réflexion Dino.

    En fait, je m’étais également posé ces questions. Quand on y pense, le nombre de personnes rencontrées est en effet impressionnant. Certaines restent dans notre vie, d’autres partent. Cependant, ce qui est réconfortant, ce sont ces amis dont on n’a nul besoin de les voir quotidiennement. Ceux dont même après des mois d’absence sont capable de nous faire sentir que l’amitié est si forte que la distance d’un océan ne pourrait la briser.

    Aller, je retourne à mes études.
    Sois sage xx

    isaSuperstars last blog post..Hôtel Morphée: Où vous ne dormez pas

    • Dean on

      Ouais, merci et belle réflexion, en effet. :-)) Et même ceux que l’on ne voit presque pas, mais avec qui on est connectés.. ;-))

      Sois sage itou et bonnes études!

  2. Gen on

    Je crois qu’on peut effectivement percevoir des choses qui vont au-delà des 5 sens. Le 6e sens, peut-être? Enfin, c’est pas tout le monde, je crois, qui peut le sentir mais certaines personnes sont plus sensibles à ça. J’en fais partie. Je me suis rarement trompée sur l’intention des gens, mais j’ai souvent refusé d’écouter « ma p’tite voix » qui m’avait avertie des dangers ou encore qui m’avait dit « Oui, vas-y, aies pas peur! ».

    Pour ce qui est des départs et des arrivées, si on prend le principe que l’on vient sur terre pour travailler des certains aspects, eh bien, je crois que si on reste avec une personne un certain temps c’est qu’elle avait de quoi à nous apprendre pendant ce temps. Certaines personnes n’ont que quelques secondes à nous donner d’autres une vie. Ça me rappelle que je veux m’acheter Votre chemin de vie de Dan Millman. Je l’avais lu dans le temps et oui, c’est un peu (beaucoup) ésotérique, mais ça colle dans le sens de ton billet.

    Gens last blog post..OPT semaine 5, jour 2

    • Dean on

      Sage commentaire ma chère. :-)) Une vieille âme tu es. ;-))

      Eh, cette petite voix qui nous parle hein.. faut l’écouter celle-là.

      Nice, Dan Millman est mon auteur préféré en terme de motivation spirituelle. Content de te le rappeller.🙂

  3. meredith aka skylar on

    Je trouve que tu as raison… Y`a des rencontres qui restent, d`autres qui blessent, qui nous laisse indifférent, qui améliore notre quotidien, des rencontres qui se laissent désirer…

    Entk, j`aime bien ce que tu écris🙂

    meredith aka skylars last blog post..just for fun…

    • Dean on

      Merci c’est gentil! J’apprécie. Mais je ne crois pas avoir ou raison, c’est plus des petites pensées sur la vie exprimées. ;-))Merci!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :