Archive for the ‘niaiseries’ Category

Playboy et sexy blogueuses.

Quand c’est rendu que Playboy demande à leur lecteurs quelles blogueuses ils aimeraient voir nues, c’est non seulement que la bloguosphère commence à être un endroit in, mais un endroit avec des filles sexy.

À quand le Québec Érotique pour les blogueuses québécoises? Des volontaires voluptueuses avec un sens de l’expression (autre que corporel)?

Tu es trop quand.

  • Tu passes trop de temps sur le web quand lorsque dans tes rêves, tu passes du bon temps avec une fille, et que lorsque tu veux lui exprimer tes sentiments, tu appuies sur le bouton qu’elle a sur le corps (et ne mentionnerai pas où) pour lui afficher ta face sourire 🙂 ou ton clin d’oeil 😉 .
  • Tu es trop victime de la mode quand tu penses te trouver un chien qui s’agence mieux en couleur avec la majorité de ta garde-robe. Encore plus si tu es un homme.
  • Tu es trop méticuleux sur les détails quand au gym tu approches une petite bombe blonde et que lorsqu’elle rit à grand déploiement, elle a des broches (y’a rien là des broches), mais les dents noircies par je-ne-sais-quoi et c’est alors que tu ressens un profond malaise et qu’à ce moment la gorgée d’eau à l’abreuvoir t’appelle tellement.
  • Tu es trop en manque quand tu vas au Lululemon pour aucune raison d’acheter un vêtement, que tu te fais même croire que tu magasines pour un cadeau pour une amie et que tu flânes du côté des filles, que tu ressens un malaise à reluquer les hauts de mannequins en camisole et que même les mannequins en plastique-pas-de-haut-de-corps qui portent des pantalons te font de l’effet.
  • Tu as trop le cerveau qui bouille depuis des mois, que tu as un sérieux manque de sommeil parce que trop d’idées, et que tu arrives du bureau, tu veux aller au gym, mais fermer les yeux deux minutes sur le divan t’amène dans une sieste comatique.

(Un billet qui sonne comme le magazine Croc (ou ici) dans le temps.)

Les proprios de chiens n’ont pas de vie.

J’ai longtemps pensé que les gens qui sont propriétaires de chiens, ou d’animaux de compagnie en général, n’ont pas de vie. Parce que si notre vie est excitante, nous n’avons pas le temps de s’occuper d’un animal de compagnie.

Comme que je pense que les couples qui s’achètent un chien, c’est parce qu’il manque de piquant dans leur relation. Ou qu’un homme qui adopte un chien s’ennui seul, avec lui-même.

Et je ne commencerai même pas sur les filles célibataires, qui ne peuvent se passer d’un chat.

Blasphème, tout cela cache un problème d’identité et de bien-être.

Même mes parents m’ont remplacer par deux chiens quand je suis parti en appartement. C’est ce que je vaux, deux chiens. (Je déconne maman.)

Je pensais tout cela, jusqu’au jour où j’ai voulu un chien. Il y a quelques mois.

Et je voyais vraiment cette journée d’aujourd’hui arriver. Celle où je considère de plus en plus à adopter un chien.

Pourquoi? Je ne sais même pas. Peut-être parce j’ai une routine stable, pas d’enfants, pas de blonde, et presque pas d’amis. Donc, un moment parfait pour adopter un compagnon animal. Et j’ai toujours aimé les chiens.

Vancouver est la ville des chiens. Tout le monde a un chien. La ville est faite pour le chiens. Même presque tous les magasins sur le bord de la rue ont leur bol d’eau. Ils sont acceptés partout.

Et je me disais aussi, si je veux accepter un jour qu’une fille co-habite avec moi, dans ma vie, aussi bien commencer avec des pas de bébés, et accepter un chien avant. Ça me fera une pratique.

Mais la question maintenant, quel genre de chien?

Wouf.

*Édit: L’idée de mon pops:

Un peu trop gros, je crois.

La calore à Vancouver.

Finalement, il était temps. Je n’y croyais plus.

Je ne croyais jamais que l’été allait arriver ici à Vancouver. Jamais.

Et bien oui. Sûrement proche du 30 degrès celsius dans la journée.

Et quoi de mieux que d’aller pour un bain de soleil à English Bay. La foule y était. Une jolie foule.

Et quelque chose que je ne comprends pas de l’ouest: à 10pm, il fait encore clair dehors.

Mal de tête et ibuprofène.

Note à moi-même:

« Prévoir d’acheter de nouveaux caplets d’ibuprofène avant d’avoir mal à la tête. »

Ça peut toujours être pratique.

Coupe de cheveux – Expérimentation

Mon billet le plus populaire, celui-ci (même que ma face se retrouve en première page de Google pour ces photos).

Beaucoup recherche sur le web des idées de coupe de cheveux hommes. Et je suis sûr que c’est les femmes qui cherchent pour leurs copains. Sûrement pas les gars, à moins que ce sont de purs métrosexuels.

Bah, je ne suis pas mieux.

Et ce matin, j’expérimente, ça recommence. Il y a un an, j’avais les cheveux longs. Il y a quelques mois, super courts. Aujourd’hui, entre les deux. La pire situation.

Et l’on me niaise ce matin, au bureau. C’est correct, j’obtiens de l’attention. C’est mon seul but.

(Dans ma tête, j’hésitais avant de mettre cette photo en ligne ici, me disant que ça m’exposait trop. Des fois je peux être cave. Ça ne peut pas être pire que mes photos à moitié nues d’entraînement. God.)

Au poubelle la garde-robe.

Y’a pas juste aux filles que ça arrive ce moment.

Je jeterais tous mes vêtements au poubelle.

Pourquoi une question d’aptitude pour les concours?

Vous savez, ces concours canadiens, et la question d’aptitude mathématique qu’ils posent, pour les gagnants? Dans le genre que fait 140-4/(2+6). Pourquoi?

Et bien, c’est la loi. Canadienne plus précisément.

Tous les concours canadiens ont trois composantes:

  1. Les prix doivent avoir une valeur.
  2. Les commanditaires doivent en bénéficier financièrement.
  3. Les gagnants doivent être choisis au hasard.

Pour ne pas être dans l’illégalité, les concours doivent enlever une de ces composantes. Et le Canada a choisi « Les gagnants ne doivent pas être choisis au hasard. »

Alors, techniquement, la question d’aptitude sert à cela. Pour ne pas que ce soit un pur hasard, donc avoir une question d’aptitude pour le prouver.

Alors, c’est la loi.

At Winston Churchill.

C’est quoi ces 5 à7 qui dure et qui dure? J’ai peine à écrire en ce moment. Ça me prend tout mon petit change pour écire ces mots, et je me marre de rire.

Je crois qu’au boulot, nous formons une merveilleuse équipe. J’en rit encore de tous ces bigres qui m’entourent au travail. Et je ne mentionne pas ces demoiselles.

Et oui, mon rendez-vous galant fut annulé, cause de maladie. Mais a bien été remplacé par une fête entre collègues bien arrosée. Mais ils ne me connaissent pas, si je ne rentre pas au travail demain, ce sera de leur faute. Je suis une princesse sur l’alcool. Ce n’est pas des blagues.

Revenir à vélo après un 5 à 7 (10pm en fait) est bien rigolo. Surtout en plein centre-ville.

Il me semble que dès que j’annonce à tous que quelque chose se passera avec quelqu’un, tout tombe à l’eau. C’est un fait, ça fait plusieurs fois que ça arrive. Alors, je n’annonce plus à l’avance. Je conterai l’histoire après les faits.

Alors donc, je sais par contre qu’elle aura une belle fin cette histoire. Mais de quelle histoire? J’en ai tant que je me perds.

Mes collègues maintenant ont espoir en un monde nouveau. J’annonce la bonne nouvelle. Il y a toujours une façon de dire les choses.

Voilà. Bon jeudi.

Vin et dessert, splendide.

On retourne en arrière de deux jours. Dimanche passé.

Je devais appeler en fin de journée cette blonde rencontrée vendredi soir passé à l’Aquarium. Pour la relancer.

Comme prévu, je l’appelle, en fin de journée dimanche. Comme prévu, je laisse un message. Comme prévu, mon message était humoristique, rigolo et auto-dérisoire, mais sans en mettre trop.

Mais PAS comme prévu, elle m’a renvoyé la balle. Je ne m’attendais pas à cela. Je croyais qu’elle ne réagirait pas, qu’elle se serait foutu de moi. J’ai eu tort. Une petite partie de moi espérait quand même, sinon, je  ne l’aurais pas fait.

Elle m’a texté, et m’a proposé un verre dans la semaine. J’en étais ravi.

Lundi, je ne donne pas de signe de vie, comme prévu.

Mardi, aujourd’hui, il fallait passer à l’action. Ce que j’ai fait.

Par texto, je lui laisse ce message: « Hello! Nice day at work? Tomorrow or thursday evening wine and dessert? Tired but going to the gym… damn. See ya. Ciao »

5 minutes plus tard, sa réponse: « It was a great day. Dessert and wine tomorrow sounds splendid. »

Excellent!

Mais je suis curieux. Assumant qu’elle n’avait rien jeudi soir, pourquoi a-t-elle choisi mercredi soir?

Et organiser un rendez-vous par texto. C’est magnifique, c’est très 21ième siècle. Même pas de conversation, rien. Magique.