Archive for the ‘Tattoos’ Category

L’évolution du tattoo.

Voici, en photos, toutes l’évolution du tattoo.

24 heures de travail, en 7 séances. Du mois d’octobre 2007 à juin 2008.

Tattoo complètement terminé.

(Pour lire tous les autres textes sur mon tattoo, c’est ici.)

Bon, c’est maintenant fait, et enterré. Mon tattoo est complètement terminé.

Je suis vraiment content. Je me fais arrêter dans la rue, et les filles m’abordent maintenant plus facilement. C’est tout ce que je voulais. Être une vedette malgré moi.

J’aime me faire tattouer. C’est vivre le moment présent. C’est s’infliger une douleur consciente. C’est l’avancement d’un projet personnel. Et c’est une analogie de vie aussi. La douleur, le plaisir, la satisfaction et le bonheur.

Voici les dernières photos, prises ce soir. J’ai vraiment besoin d’un bon photographe. Du mieux que je peux, mon appareil n’est que dalle. D’ici la fin de l’été, j’aimerais avoir des clichés professionnels.

À tous les jours, je le flatte comme ma lampe magique.

Voilà donc la fin. La fin d’un projet personnel. Je suis un peu triste. Mais moins que je ne le pensais.

Un peu moins de 24 heures complètes de travail sur ce bras. Environ 2400$ d’investis.

Mon tattoueur, Joshua, au Next Tattoo Shop, sur Granville St, Vancouver. J’ai connecté avec ce mec. Plus que je ne l’aurais voulu.

Et nous discutions déjà de mon prochain projet. Bah, pas cette année. Peut-être en 2009. Une chose à la fois, comme certains disent si bien. J’ai bien d’autres idées en tête à accomplir avant.

Phase finale de mon tattoo.

Finalement, c’était en cette fin d’après-midi que j’ai passé mes derniers moments assis sur cette chaise pour terminer mon tattoo.

Ces photos sont celles de mon avant-dernière séance, au début mai.

J’en metterai des nouvelles vers la fin de la semaine. Et j’aimerais aussi en faire faire par un professionnel. Question d’avoir enfin de belles photos de moi, si c’est possible. Peut-être qu’il va falloir que je m’achète une nouvelle face, mais bon.

Aujourd’hui, nous avons travaillé environ 45 minutes. Maximum. Je dis « nous », parce que je fronçais les sourcils aussi, et transpirais du dessous des bras.

Nous faisions qu’une mise à point de tout. Un peu de couleur bleue sur l’eau, rajouter du rouge pour les amérindiens, et un peu de bleu encore dans le haut.

Le bleu et le rouge sont deux couleurs très difficile à coller sur la peau.

Et maintenant, il est presque parfait. Je dis presque, parce que l’on est jamais content totalement de son oeuvre. Bon, ce n’est pas la mienne, mais c’est quand même moi qui la porte. La ligne est mince entre en faire trop pour un tableau, et de le réussir à la perfection. Et je suis perfectonniste. Mais  je dois dire que je suis à 110% satisfait.

Et à la fin de la séance, nous parlions déjà de mon prochain tableau corporel. Mais pas tout de suite, et je ne crois pas cette année non plus. En 2009. Je profiterai de ce que j’ai maintenant, et j’en ferai profiter d’autres aussi, les chanceuses.

Tattoo, 6ième et presque dernière phase.

Je croyais que c’était la dernière séance, mais je ne l’ai pas voulue. Alors ce ne l’était pas. 

En partie parce que mon bras se doit de guérir encore, et en partie parce que mon tattoueur était sur un lendemain de veille, et ne filait pas le meilleur coton. Je me demandais même s’il n’allait pas foutre en l’air toute cette oeuvre. J’en doutais un tant soit peu. 

Mais j’ai eu tort de douter. Il a fait son magnifique travail. 

1 heure seulement plus tard, toutes les trois étoiles de mer étaient faites. Le coquillage aussi, les quenouilles en arrière plan, et un peu d’ombrage au centre. 

Il restera une dernière, une vraie dernière séance mi-juin, pour vraiment compléter le tout. Mettre les dernières touches, et le rendre juste parfait. 

Alors, j’en suis à plus de 21 heures de travail, et plus de 2100$ d’investis. 

Ensuite, j’appécierai pour les prochains mois. Jusqu’à la prochaine idée. Qui est déjà en branle.

J’entends déjà ma mère grincer des dents. 

 

Sur le piton.

Oh que oui, Mr. est sur le piton. 

Je procrastine tellement, mais quand je m’y mets, ça roule. 

Je m’étais donné un objectif, tout finir pour ce soir. C’est ce que j’ai fait. 

J’ai terminé ma paperasse perso, finit mon dernier livre, et monter mon dernier meuble Ikea.

Plus rien à faire maintenant, à part profiter de la vie. Et ça commence demain matin.

Oui, comme à l’habitude, boulot. 

Mais surprise, j’ai deux invités. Pour le weekend. Des gens spéciaux dans ma vie. Une chance attrapée à pleine poigne. Qui aurait cru à ça aujourd’hui, il y a 10, même 3 ans? 

Je ne serai plus ici pour tout le weekend, et je vous conseille de faire de même, genre profiter du soleil, soigner vos corps meurtris, boire une sangria en terrasse, shopping d’été, etc. 

Moi, ma dernière séance de tattoo, ce vendredi. Je suis triste, j’aurai eu des moments agréables, assis sur cette chaise, malgré la torture. 24 heures auront été consacrées. 

Ensuite, vendredi soir, départ pour Whistler, avec mes deux invités. Encore cela, c’est une chance. Pas de ski, mais de la montagne, des restos, et des bars pour sûr. 

Tout ce weekend sera bien intense. Et ça me fera du bien. Assez de parler à mes quatres murs. Cette compagnie sera extrêment appréciée. 

Mixed newz du vendredi.

       Imaginez-vous que je suis encore dans le montage de meubles Ikea? Oui. Au bureau. Et au condo. J’ai maintenant une salle à manger décente depuis hier soir. Quatre chaises se montent en écoutant deux fois le nouvel album d’Ariane Moffat. D’Aillaurs, je devrais mettre des photos la semaine prochaine du condo, question que Popa et Moman ne s’inquiètent pas que je vive dans un taudis.

        Le nouvel album d’Ariane Moffat, « Tous les sens », est juste excellent. Ça fait quatre fois en deux jours que je l’écoute. J’aime beaucoup Ariane Moffat. Depuis que j’ai ce blogue, depuis plus de deux ans (merde déjà!), j’ai parlé d’elle trois fois. Elle et Pascale Picard, je passerais bien une soirée avec elles. Les deux en même temps. J’ai beaucoup d’amour à donner.

        Hayden Penettiere, celle que j’ai croisée la semaine passée est maintenant, selon le FHM, la femme la plus sexy en ce moment. Je savais que j’avais du goût. Je l’ajouterais dans ma soirée avec Ariane et Pascale, question de mélanger les langues.

        The Forbbiden Kingdom, avec Jet Li et Jackie Chan, une excellente idée de mettre les deux dans le même film. À saveur asiatique, les scènes de combats sont magiques, mais l’histoire totalement à chier. À voir pour se faire plaisir et se divertir par des combats menés par des maîtres de l’art.

        Forgetting Sarah Marshall est juste trop pissant. De la même gang que 40 Year Old Virgin, une histoire d’un mec tout à fait désolant. Personnellement, j’avais de la difficulté à me mettre dans sa peau, étant donné que j’ai un cœur insensible (j’exagère). À voir en couple, ou pour une première rencontre.

        Harold et Kumar sont de retour. Je vais voir ça ce soir.

        Oh que j’ai crié hier à 48 secondes de la période de prolongation. Le roi Kosto. Amen.

        Mon entraînement va extrêmement bien. Je suis de plus en plus fort, et musclé.

 –       Mon tattoo a vraiment bien guéri. Prochain et dernier rendez-vous, 2 mai.

        J’ai un contrôle et une confiance énormes en mes moyens depuis une semaine.

        Tous les gens que je connais maintenant, à Vancouver, sauf mes collègues de travail, sont des gens de gym, de bars, de clubs, et de restos. J’aurais jamais pensé faire partie de cette clique-là.

        Faut s’attendre à rien, rien assumer, et être prêt à tout. Comme ça, on n’est jamais déçu.

        Rien n’arrive pour rien dans la vie.

       Eh que je souhaite à tous un superbe weekend! 

 

 

Mixed newz du vendredi.

Quelques brèves nouvelles:

  • J’ai hâte au weekend, dormir
  • Le CH mène 1-0. Excellent. Et j’ai trouvé mon resto-bar où voir les parties. Mon resto préféré en plus, le Earl’s. Ça fait bizarre d’être le seul à soulever les bras en signe de victoire à 5 secondes de la fin.
  • Mon entraînement va vraiment mal depuis deux semaines. La semaine passée, mon tattoo. Cette semaine, la fatigue et l’assemblage Ikea.
  • Mon tattoo est presque guérit. Il reste que des mini-galles.
  • Parlant de Ikea, ce que je n’ai pas mentionné, c’est que j’y suis retourné trois autres fois cette semaine. Pas pour moi, pour le travail. Et je suis dans l’assemblage aussi au travail. Ouach.
  • Pour reprendre la vieille phrase, l’on découvre vraiment les gens dans des situations de stress. Et ma directrice de projet et moi, nous nous entendons pas très bien dans ce genre de situation. « Control freak » vs « accepter la situation ». Mais je vais faire semblant de rien.
  • J’ai terminé la re-lecture de L’Alchimiste, de Paolo Coehlo. Excellent. La première moitié, bof. Mais la deuxième, oh que oui. À retenir: Tout a été écrit de la même Main, nous ne faisons qu’un avec tout.
  • Je suis son motivateur préféré, excellent. Mademoiselle Je (alias Isabelle Ménard) fera son premier One-Ménard-Show au Petit Medley au mois de mai. Alez-y pour moi.

Mon tattoo pelle.

Mon tattoo est en méga train de peller. Il a pas mal de galles (ce mot n’existe même pas).

Alors crème hydratante trois à quatre fois par jour. Pas de bouton sur la peau jusqu’à présent.

Le seul désavantage de cette période, je ne peux aller au gym. Pour ne pas abîmer et nuire à la guérison.

Merde, je vais tout perdre mes muscles.

Cinquième phase de mon tattoo.

(Les autres phases ici.)

Samedi passé, fin d’après-midi, jusqu’à finalement tard en soirée, 21h. Presque cinq heures de tattouage. Plus que je ne le pensais, plus que je l’aurai pensé. Peut-être que je deviens plus tolérant, peut-être cette séance fut un peu plus facile.

J’ai eu le temps de terminer mon livre du moment, A Short History of Progress, par Ronald Wright, qui relate les nombreuses erreurs et (minimes) bons coups des civilisations antérieures, pour mieux savoir comment nous diriger pour sauver notre civilisation immédiate. Si l’on veut survivre une autre génération, il faut bouger.

Pendant la séance, un petit livre spirituel (j’ai dit que ces séances étaient intenses, et mon tattoueur l’est tout autant), et deux albums (Muse et Chromeo) de musique plus tard, me voilà avec un tattoo presque complété.

Il ne restera que deux à trois heures à ajouter, question de paufiner les détails et ajouter quelques retouches minutieuses, pour rendre le tout parfait. Ou presque. À l’entendre, Joshua, mon tattoueur croit que c’est son oeuvre préférée, sinon une des ses préférées. Et d’une drôle de façon, je vois la fin du tattoo, mais aussi la fin de ces moments privilégiés avec une personne spéciale. Ça va me manquer. J’ai rarement connecté, à un niveau particulier, avec une personne comme lui. Et il m’a mentionné la même chose. Pas d’inquiétude, il est marié. Et tous savent que la chair féminine prend toute la place dans mon assiette.

Mais ces séances furent intenses, sur plusieurs plans, tant physiques que spirituels. Et la suite, la guérison, qui prend une à deux semaines, l’est tout autant. La plaie qui guérit, le coeur qui guérit.

Les amérindiens sont terminés, le sable (qui est trop malade, je croyais que ma peau faisait une réaction tellement les détails sont vrais), et le coquillage presque terminé. Il restera un petit coquillage, les deux étoiles de mer, et des détails d’ombrage à ajouter, dans deux à trois semaines. Presque vingt heures maintenant de fait. Vingt heures d’émotions diverses. Je me suis couché fatigué samedi soir. Mon corps avait froid, et était faible.

tattooface.jpgtattoocote.jpgtattoodos.jpg

Les photos sont corrects, mais en vrai, c’est cent fois plus beau. Même plus beau que le dessin original. Dans plusieurs villes où j’ai passées, je me suis fait arrêter par les gens. Dans les gyms, même histoire. Et pour les filles, sans commentaire.

Ça me fait de la peine de voir la fin s’en venir. C’est bizarre. Ça va me manquer de ne plus avoir de projet personnel de longue haleine. Ça va me prendre autre chose, c’est tout.

Samedi, séance de tattouage.

C’est samedi le 29 mars que sera la cinquième, et peut-être avant dernière session pour mon tattoo sur mon bras gauche. Il me reste toute la couleur au centre à faire, les hommes et le coquillage.

J’adore tellement tout ce processus. C’est un pure délice que de faire tout ça. Et de le faire par étape aussi, quand le bon moment arrive, c’est magique.

J’adore aussi cette souffrance. Elle est consciente. Elle me plonge dans le moment présent. Plus rien d’autre n’existe alentour. C’est une méditation pour 4 heures. Une méditation par la douleur, un processus de passage, un rite vers une vie nouvelle.

J’ai sur mon bras une histoire amérindienne. Pas que j’aime l’histoire amérindienne plus qu’autre chose. J’aime aussi l’histoire chinoise, japonaise ou maya. C’est juste que cette histoire me touche. Elle raconte un corbeau, semi-dieu, malin, mais qui amène aussi la lumière à l’homme, qui découvre des hommes dans un coquillage. Ce qui représente en somme la découverte de soi. Ce qui est pour moi la plus grande quête de l’homme, sa découverte. Ma découverte.

tattoo.jpg

J’ai à présent preque quinze heures de travail, en quatre sessions sur le bras. Presque 1500$. On peut dire que c’est un investissement, et que je vais pouvoir en profiter longtemps. Il me reste deux à trois sessions encore, entre six et huit heures environ.

Et après, quand tout va être fini, je me demande bien comment je vais me sentir. J’ai commencé le tout en octobre passé. Presque six mois déjà depuis le début. C’est à ce moment que ça va me prendre un autre projet personnel.