Archive for the ‘Vus.’ Category

Une parodie de Dark Knight.

Pour les fans de Batman, qui sort ce 18 juillet. Voici une parodie de la bande annonce.

Ici.

Entourage 1, 2, 3 et 4.

J’ai commencé par la saison 4. J’ai trop aimé.

J’ai écouté d’emblée, en trois semaines, aux repas, et dans mes moments relax, les saisons 1, 2 et 3. Et je me suis roulé par terre.

Et maintenant, je ne peux plus me départir de Vinnie, E, Drama et Turtle.

Donc, je ré-écoute la saison 4. Juste pour m’écoeurer à fond, et ensuite passer à autre chose.

Mais cette série est trop juteuse. Je la conseille à tout homme qui se respecte.

Hancock.

Je me demande comment ils ont choisi son nom? C’est quand même Han-cock. Mais bon.

Et je ne suis pas sûr quoi en penser de ce film. J’aurais voulu l’aimer plus que cela.

Hancock.

Pour Will Smith, ça vaut la peine, je m’agenouille devant tout ce qu’il fait. Un fan numéro de Fresh Prince, et de tous ses autres films. Et il était à la hauteur dans Hancock, mais aurait pu faire mieux, je crois. Je suis exigeant avec Mr. Smith.

Mais le reste. Eh, les effets spéciaux étaient fous, à couper le souffle, fameux. Nous sommes vraiment rendu à une technologie qui rend les films à gros budget intéressants.

Mais l’histoire. Je dirais presqu’à chi… Presque. Ça ne se tient pas. Un héros, nous voulons savoir son histoire, ce n’est pas clair. Nous voulons qu’il y ait des méchants, ce n’est pas clair. C’est une comédie, mais qui aurait pu être plus dramatique, et ainsi meilleure. C’était un film de superhéros comme on s’achète un cornet dans une cantine roulante, facile, rapide et sans saveur.

Charlize Theron est là, mais bon, jolie et tout, mais pourquoi elle? Meh. Et son mari, l’acteur Jason Bateman, pas de colonne et mou, et souriant, trop positif, ça m’énerve.

Et tellement de placement de produits. Nike, Coke, un alcool que je ne me souviens pas, ses lunettes que je ne connais pas la marque. Bon, c’est la réalité d’aujourd’hui.

À ne pas voir au cinéma, à moins de vraiment tripper Willie Smith.

Wall-E.

J’entends encore sa voix dans ma tête. Waaaallll-EEEE. C’est le même gars qui a fait les effets sonores de Star Wars qui a fait ceux de Wall-E.

Wall-E.

Juste adorable. L’histoire est très bonne. Je n’ai vu que du feu. Les animations sont magiques, j’oubliais que j’étais dans un Pixar.

Wall-E est tellement mignon. Dommage par-contre que les bouts amusants, nous les avons vu dans les bandes publicitaires. Mais bon. Et Eve est tellement chouette. Et même Mo.

Si j’avais été un enfant, j’aurais tellement rit. Oh, mais c’est ce que j’ai fait, j’ai vraiment rit.

Et j’ai tellement aimé la vision du futur, qui pourrait être le nôtre. Comme quoi la surconsommation nous amène à oublier de prendre soin de notre planète, de la détruire avec nos déchets, de devoir s’expatrier dans l’espace, et vivre obèses à cause de nos habitudes vie. Ça m’a touché.

Et restez pour le générique, l’histoire continue.

À voir, au grand écran pour les fans de Pixar, sinon en famille devant le téléviseur.

Tom Cruise – 25 ans

25 ans depuis la sortie du premier film de Tom Cruise, Risky Business.

Pour les fans (je le suis) de Tom, un nouveau site web, et une compilation de ces films.

J’adore le site web. Et je crois qu’il me manque que 3 de ses films à voir.

Wanted.

Dès les premières minutes, nous sommes lancés dans l’action à couper le souffle. Mais comme un orgasme, ça tombe à plat dans les dernières minutes.

Wanted.

Comme d’habitude, Angelina Jolie est magnifique et sexy, mais son même visage plastique je m’en fout, je la rentrerais dans la mur. Bah, pas juste sa face finalement que je rentrerais dans le mur, mais bon.

Le nouvel acteur, James McAvoy, mais d’où sort-il? C’était le faon, dans Narnia. Il est par contre à la hauteur de son rôle, et je me suis rejoint dans son personnage. Environ le même âge, ne se sent pas à sa place, et veut être un héros. Tout moi. Presque. J’aimerais aussi tirer les balles courbes, que ce serait plaisiant à la chasse à l’orignal, et pourquoi pas quand j’attraperai un terroriste ou deux?

Un film rempli, mais rempli d’action. Effets spéciaux incroyables, comme si nous y étions. Des effets visuels entraînants, et subjuguants même. Le meilleur film de pow-pow depuis La Matrice.

Mais un tant soit peu exagéré par moment. Mais bon, c’est de la fiction ou s’en est pas.

La fin tombe carrément à plat. J’aurais voulu autre chose, peut-être un peu plus Hollywoodienne comme fin.

À voir en DVD, mais avec un méga cinéma maison pour que ça vaille la peine.

Pour découvrir Laval.

My hometown. Laval.

Le Centropolis a maintenant sa tv web. Ici. Une très bonne idée, vraiment dans le mille.

Et une des animatrices est Isa Ménard. Excellent.

Je ne pouvais arrêter de regarder les chroniques, de un parce qu’elles sont intéressantes, et de deux parce ses yeux sont hypnotisants.

Get Smart.

En première position du box office américain pour ce weekend, et je peux bien comprendre pourquoi, c’est un très bon divertissement.

Get Smart.

J’ai bien aimé, malgré que l’histoire ne m’a pas trop emballée. Mais bon.

Je n’ai jamais suivi la série télévisé dans les années 60. Peut-être mes parents l’ont fait. Ce film est une reproduction de cette vieille série.

L’histoire est assez simpliste, mais tout ce qui fait le charme de ce film est l’humour pince-sans-rire de Steve Carell.

Avec l’action, et ses scènes explosives, ce film est presqu’un Mission Impossible ou un James Bond, mais en version Jerry Lewis. Et ça vaut le prix.

Je suis un fan de Steve Carell, et maintenant je suis un fan d’Anne Hathaway. Ouch. Mais qu’elle est jolie. Et sexy.

À voir, mais en DVD.

The Love Guru.

Les critiques sont unanimes, c’est un film merdique.

Ma critique, j’aurais voulu l’aimer plus que ça.

The Love Guru.

L’histoire est totalement nulle. À la Mike Myers et ses hitoires qui ne tiennent pas debout. Mais peut-être, comme Waynes’s World, à une première écoute, nous ne comprenons pas le sens du génie. Peut-être.

J’ai lu beaucoup de livres sur le développement personnel, et ce film en fait une satire incroyable. Vraiment drôle.

Jessica Alba amène quelque chose de beau à l’écran.

Les blagues de Mike Myers sont presque du réchauffé. Mais étant donné que Austin Powers, ça fait un bail, alors ça a passé. J’ai rit à fond de train, mais aussi parce que je voulais rire. Mais je dois dire qu’à plusieurs moments, c’est hilarant. Des blagues de premier degré, ça ne manque pas. Certains dans la salle devaient être des fans, parce qu’ils riaient plus que les autres. Je me suis tapé sur la cuisse à quelques occasions, mais sans plus.

Mais une mention spéciale à son personnage, le Guru Pitka. Myers l’a travaillé pendant deux ans, devant des amis, dans les bars, etc. Peut-être avec une meilleure histoire, le film serait mieux, peut-être qu’il va y avoir une suite. Si quelqu’un veut le financer.

À voir, seulement pour les fans de Myers.

Entourage.

J’ai terminé la 4ième saison il y a quelques jours.

J’ai trop aimé cette série. Et j’ai commencé par la 4ième saison, ne sachant pas si j’allais vraiment mordre.

Non seulement j’ai mordu, mais je me roule par terre à chaque épisode. Cette série est du pur génie.

Tout ce que j’aime se rassemble dans une même série.

Quatre gars qui cohabitent et qui ont leurs histoires de mecs (pas de la sens de gai, mais dans le sens d’actions et de buts de mâles. Ouais, ça sonne vraiment gai, mais bon.) La camaraderie entre hommes, j’aime bien voir ça. (Bon, je ne m’aide pas encore dans ma description. En tout cas.)

Des filles partout. (Bon, là c’est mieux.) C’est la vie à Los Angeles, une ville où je me rejoins, j’y ai vécu un mois.

Comment faire des films, c’est l’histoire du jet set américain et ses tournages de films.

Mais les dialogues entre les personnages est ce qu’il y a de plus juteux.

J’ai maintenant les trois premières saisons. Que j’écoute entre deux bouchées aux repas. Excellent.